“La défense Lincoln” (Connelly)

Connelly abandonne Harry Bosch et c’est tant mieux : son nouvel héros, avocat douteux, tient toutes ses promesses

 Brillant avocat cordialement méprisé par ses confrères, Michael Haller compte pour clientèle essentielle des dealers et des prostituées.

 Et de prendre pour maxime cet axiome: “le droit n’a rien à voir avec la vérité”. Lorsqu’un riche héritier de Beverly Hills, Louis Roulet, accusé d’avoir défiguré une femme à coups de poing, fait appel à lui, Haller n’a qu’une seule crainte : être tombé sur: un innocent. Ne dévoilons pas l’intrigue. Disons juste que l'”affaire Roulet” dépassera largement ses espérances…

 Avec tout son talent de romancier, Michael Connelly (qui abandonne pour une fois l’inspecteur Harry Bosch, son héros fétiche) s’approprie avec brio un genre très répandu outre-Atlantique : le roman procédural. Avec toute l’expertise du chroniqueur judiciaire qu’il fut, l’auteur à succès du “Poète” et de “La Blonde en béton” explore, dans le Los Angeles du IIIe millénaire, les petits arrangements avec la morale et la justice de représentants de la loi manipulateurs, menteurs et cyniques.

 Personnage d’abord peu sympathique, Mike Haller (qui est, pour la petite histoire, le demi-frère d’Harry Bosch…) se révèle peu à peu sous son vrai jour: sous l’avocat douteux sommeillait un idéaliste frustré. La morale est sauve…

Avocat des chauffards, bikers et autres dealers, Mickey Haller est habile au prétoire, mais méprisé par tout le barreau de Californie. Séparé d’une première femme au service du district attorney (donc de l’accusation) et d’une deuxième qui, elle, travaille pour lui, il passe sa vie dans sa Lincoln à chercher la petite affaire qui lui permettra de tenir jusqu’au lendemain. Miracle, un jour, il décroche le gros lot : accusé d’avoir défiguré une femme, Louis Roulet, un riche fils de famille de Beverly Hills, veut qu’il assure sa défense. Très excité à l’idée des honoraires qu’il va toucher, Mickey Haller découvre qu’en plus il pourrait avoir à défendre un innocent. Malheureusement, l’innocence de ce client a un prix.

Haller s’aperçoit vite que ce ” cadeau ” est pur poison et qu’il pourrait lui coûter la vie.

Biographie de l’auteur

Auteur, notamment, de La Blonde en béton, Le Poète, Créance de sang, Lumière morte et Deuil interdit, Michael Connelly est traduit dans le monde entier et a reçu les plus hautes distinctions dans le domaine du roman policier.

 -> “La défense Lincoln” Michael Connelly (Seuil Policiers 23,50 euros)

« La défense Lincoln » est le dernier livre paru en poche de Michael Connelly. Il est édité chez Points, s’étale sur plus de cinq cent trente pages et est vendu au prix de huit euros. Michael Connelly est un de mes écrivains préférés. Il s’agit du premier auteur de policer que j’ai lu et depuis je ne l’ai pas quitté. Dans la majorité de ses ouvrages, il fait apparaître Harry Bosch, son héros tourmenté. Mais d’autres, tels le célèbre « Créances de sang » ou « Le Poète » sont indépendants du célèbre flic de Los Angeles. « Destination Lincoln » fait partie de cette catégorie. Il possède sa singularité propre. En effet, alors que Connelly avait pour habitude de nous immerger dans des crimes par les prismes des enquêteurs et des policiers, ce n’est ici pas le cas. En effet, le héros est avocat de la défense.

 L’histoire est construite autour de Mickey Haller qui passe sa vie, en tant qu’avocat, à courir derrière les petites affaires. Mais un beau jour, il se trouve au milieu d’une affaire de crime dans le rôle de l’avocat à la défense d’un homme que tout accuse. Mais derrière, la bonne affaire lucrative de la situation, Mickey va être immergé dans une situation bien compliquée dont l’issue apparaît bien hasardeuse…

 Le ton de l’histoire est très différent de ce à quoi je m’attendais. Habitué à errer dans les quartiers glauques de Los Angeles, dans des milieux louches et angoissants, je me retrouve dans une Lincoln au côté d’un avocat qui court le cachet. Le héros se trouve défendre un présumé meurtrier dont la situation est bien mal engagée. J’ai eu ainsi l’impression de me plonger dans un roman de Grisham dans lesquels on découvre les dessous juridiques d’un procès pour meurtre retentissant.

 Mais là où Connelly se différencie, c’est en nous offrant un accusé particulièrement ambigu. L’image qu’on en a évolue en permanence. Des zones d’ombre disparaissent remplacées par d’autres… Il en vient presque à supplanter son avocat dans le rôle du personnage central de l’histoire. Les deux nous offre un mano-a-mano remarquable. Evidemment, le caractère des intervenants n’est pas le seul attrait du livre. On se trouve plongé dans un procès pour meurtre et c’est toujours un plaisir de découvrir les rouages judiciaires et les manipulations tactiques des avocats pour ramener le verdict à leur compte. L’avancée des débats amène son lot de rebondissements et attise en permanence notre curiosité. L’intrigue est dense et rythmée.

 Au final, une fois passée la surprise de découvrir Connelly dans un autre domaine, j’ai pris énormément de plaisir à découvrir ce nouvel aspect de son œuvre. Le style est plus léger, les personnages moins tourmentés. « Destination Lincoln » risque de déstabiliser, peu de temps, les adeptes mais ravira les fans de John Grisham. De plus, la lecture est aisée et permet de découvrir cette histoire à tout moment, que ce soit dans le métro en allant travailler ou le soir sous sa couette à la fin d’une journée bien remplie. Bonne lecture ! 

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Warning: fsockopen() [function.fsockopen]: php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Name or service not known in /home/cabinetczg/www/wp-content/plugins/sweetcaptcha-revolutionary-free-captcha-service/library/sweetcaptcha.php on line 81

Warning: fsockopen() [function.fsockopen]: unable to connect to www.sweetcaptcha.com:80 (php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Name or service not known) in /home/cabinetczg/www/wp-content/plugins/sweetcaptcha-revolutionary-free-captcha-service/library/sweetcaptcha.php on line 81